Je n'ai jamais beaucoup aimé l'école mais lorsque je me suis retrouvée en bac pro commerce, ça a été le déclic. Les cours me plaisaient vraiment et j'ai eu de très bons résultats, ça a été une véritable révélation, j'étais aux anges. Mon professeur principal m'a aidé à trouver un bon lieu de stage qui s'est super bien passé. La responsable m'a embauchée de suite après mais, au bout de trois mois, elle est partie en congé maternité et les choses ont commencé à se gâter. Mes collègues de travail qui n'osaient rien dire devant elle, n'ont pas cessé de se plaindre de moi sans raison auprès de sa remplaçante. Finalement elles ont essayé de me piéger en me laissant toujours tout à faire jusqu'à ce que je commette une erreur. C'était l'excuse qu'attendait la remplaçante pour me virer, je n'ai rien pu faire pour me défendre. J'ai le sentiment d'être vraiment nulle et je suis plus qu'en colère après moi et les autres

Rassure-toi, Alice, tu n'es vraiment pas nulle, bien au contraire. Tu as découvert un domaine dans lequel tu es à l'aise. Le fonctionnement et les objectifs de l'école ne te semblaient pas clairs, la vie professionnelle te semble beaucoup plus logique. Tu as donc réussi à construire, au cours de tes études en bac pro commerce, un réseau de savoirs et de savoir-faire que tu as mis en application avec brio : tout te semblait clair et logique, tant les concepts enseignés, leur mise en application concrète que l'articulation entre les deux. Ton intelligence a trouvé un domaine dans lequel s'épanouir, c'est super. Alors que s'est-il passé pour que cela vire à la catastrophe ?

Tout d'abord il y a un aspect des choses que tu n'as pas intégré : c'est le savoir-être. Le savoir-être en entreprise se réfère aux conventions sociales et du coup il est très difficile pour la plupart des précoces de le comprendre, encore plus de l'appliquer. Dans ta situation, c'est bien simple, tu l'as complètement ignoré. La plupart des gens attendent de leur collègue nouvellement employé qu'elle se comporte avec modestie et qu'elle applique les habitudes de l'entreprise de la même manière que les autres, au même rythme que les autres. En te faisant remarquer favorablement par la responsable, en travaillant mieux et plus rapidement que les autres, tu leur faisais de l'ombre. Tes bons résultats soulignaient les moins bons résultats de tes collègues.

Dans la mesure où la plupart des gens ne souhaitent pas travailler mieux ou plus rapidement, il était plus simple pour tes collègues de te laisser faire toutes les choses difficiles et désagréables. Ce n'était certes pas charitable de leur part mais ton efficacité relevait pour eux de la prétention. Ils n'arrivaient pas à concevoir que l'on puisse être heureuse de travailler vite et bien. De ce point de vue, Alice, ils n'ont pas tout à fait tort, tout à ton bonheur de travailler as-tu eu le temps de réfléchir au sens de ce travail ? C'est une question qui prend toute sa place au fur à mesure du temps passé au travail, on ne peut pas être enthousiaste toute sa vie professionnelle. La plupart des précoces se lassent très rapidement du poste qu'ils occupent et dès lors deviennent beaucoup moins productifs au bout de quelques années.

Ensuite Alice, cette mauvaise expérience ne doit pas t'empêcher de persévérer dans cette voie. Tu te sens coupable et tu as peur que cette situation se reproduise. C'est tout naturel. Mais tu ne pouvais rien faire pour empêcher cela de se produire, c'est une situation que rencontrent nombre de précoces lors de leurs premières expériences professionnelles. C'est une des raisons qui font que certains précoces essayent de travailler de manière autonome, en n'ayant que des contacts ponctuels avec le reste de l'équipe ou bien décident de s'installer à leur compte. Pour éviter que cette situation ne se reproduise, tu dois développer un personnage intermédiaire, c'est à dire te comporter comme tes collègues et non pas naturellement lorsque tu travailles. Là où tu t'es faite piégée, c'est que tout à coup tu as eu l'impression qu'enfin quelqu'un reconnaissait ton intelligence et tes capacités, c'est toujours grisant pour un précoce qui a passé des années à être rabaissé par ses professeurs. Certes tu possèdes cette intelligence mais il te faut l'utiliser avec parcimonie dans la vie professionnelle. .