Je n'arrive pas à lacer mes chaussures. J'ai bien compris le truc mais ça ne tient jamais, ça donne n'importe quoi ! La plupart du temps, je m'arrange pour avoir des chaussures sans lacets mais depuis quelques mois je pratique une activité sportive où je suis obligée d'avoir des lacets. Ma mère me les fait avant de partir mais j'ai tout le temps peur qu'ils ne se défassent et d'être obligée de demander de l'aide. J'ai vraiment l'impression d'être une idiote face à ce problème !

Maelle, tu n'es pas la seule précoce à avoir des problèmes avec tes lacets. Ce problème peut avoir plusieurs origines. Tout d'abord il peut s'agir de simple dyssynchronie, c'est à dire que ton cerveau fonctionne beaucoup plus rapidement que tes mains. Du coup tu n'arrives pas à te concentrer sur tes gestes, dans ta tête tu es déjà partie sur autre chose. C'est un problème qui se corrige avec un peu de rééducation. Je te conseille de faire des scoubidous, du macramé, des bracelets brésiliens ou des nœuds marins. Enfin quelque chose d'un peu plus compliqué que les lacets, ce qui retiendra ton attention, et pour laquelle tu es obligée de répéter les gestes beaucoup de fois d'affilé. Les exercices s'effectuent à la hauteur des yeux, c'est plus pratique que sur des chaussures. L'objectif est que tu réussisses à les faire les yeux fermés, c'est à dire que tu apprennes à faire confiance à l'intelligence de tes mains pour ce genre d'exercices. Quand tu seras bien entraînée, tu pourras faire tes lacets sans réfléchir et ce sera beaucoup plus simple !

La seconde origine de ce problème peut être la dyssynchronie aggravée. C'est à dire qu'un autre problème vient renforcer ta dyssynchronie et que, dans ce cas, la rééducation ne change rien à tes difficultés. Cette complication se traduit par une crispation, une tension présente à l'intérieur de toi et du coup, tu as mal dans les bras ou les épaules lorsque tu fais tes lacets. Cette crispation t'empêche d'être à l'aise avec ton corps, elle brouille tes perceptions et te rend maladroite. La dyssynchronie aggravée vient d'une peur que tu as ressentie un jour et qui n'a jamais vraiment disparue. Tu te sens toujours en danger et tu restes sur tes gardes avec la tension que cela implique, même si tu as complètement oublié ta peur de départ. Cette situation implique de réaliser un travail thérapeutique pour retrouver l'origine de ta peur et te permettre de t'en dégager. Ensuite tu pourras envisager la partie rééducation.

Ce problème de crispation n'est pas propre aux précoces, toutes les personnes qui ont peur sont tendues. Ce qui est particulier pour les précoces, c'est qu'elle vient renforcer un problème existant au départ : la dyssynchronie. De plus, l'hypersensibilité des précoces les entraîne à avoir plus souvent peur ou de façon plus importante. Si la peur est à l'origine de tes troubles, Maelle, elle ne vient pas forcément d'un évènement très exceptionnel, mais ta précocité t'a fait sur-réagir. Si tu es capable de retrouver la peur présente au fond de toi, tu peux la laisser monter tout doucement dans un endroit où tu te sens en sécurité. Chaque jour, tu la fais monter pendant quelques minutes, elle va sortir peu à peu et au bout de quelque temps elle finira par disparaître. Par contre si ta peur provient d'un évènement particulièrement grave, tu auras besoin d'une aide extérieure car ta peur peut remonter de façon très violente, il te faut à ce moment là un cadre très sécurisant pour accepter de la laisser monter.

Pour plus de renseignements sur la dyssynchronie, tu peux lire les livres de Jean-Charles Terrassier qui a découvert et développé cette notion. Pour l'instant le problème de dyssynchronie aggravée est abordée uniquement sur ce site.