J'ai laissé tombé les cours d'anglais cette année, c'est à dire que je ne fais vraiment plus rien : ça ne change pas grand chose parce que la prof est vraiment nulle. Lorsqu'on lui pose des questions, elle ne sait pas répondre. Sa principale activité c'est de critiquer nos cahiers soit disant mal tenus, mais on n'apprend vraiment rien d'intéressant. Hier, je me suis pris une heure de colle parce que je n'avais pas fait mes exercices mais franchement je ne vois pas à quoi ça me sert de recopier une vingtaine de phrases en ajoutant "not" dedans, n'importe qui peut le faire de tête.

Elios, c'est effectivement très difficile pour toi d'avoir un enseignant que tu n'apprécies pas. Comme tous les enfants précoces, tu fonctionnes énormément à l'affectif, c'est à dire que tu as besoin d'une certaine qualité relationnelle avec tes professeurs pour accepter de travailler. Malheureusement, ce n'est pas possible d'avoir de bonnes relations avec tous ses profs. Il y a des professeurs qui peuvent même être effrayés par ta précocité. Face aux questions imprévues, ils ont l'impression de perdre la maîtrise de ce qui se passe dans la classe et sont complètement désorientés. De ton côté, l'erreur que tu commets c'est que tu associes la matière avec l'enseignant. L'anglais peut être une matière très amusante.

La plupart des enfants font les exercices que l'enseignant leur donne parce qu' ils reconnaissent son autorité. Comme tu es précoce, tu as besoin de comprendre à quoi servent ces exercices. Tu ne reconnais pas l'autorité de façon spontanée, pour accepter les ordres de quelqu'un, tu as besoin de reconnaitre sa compétence. Du coup, si l'enseignant en face de toi te semble "nul", tu refuses tout ce qui vient de lui. Cela peut entraîner des conflits très durs lorsqu'il y a surenchère entre le professeur et toi. A chaque punition, ta colère enfle un peu plus et tu te butes dans ton refus de travailler, tandis que le prof essaye de te faire plier sous les menaces et les punitions. Mais comme tu n'as pas peur de celles-ci cela ne fonctionne pas et chacun s'enfonce peu à peu dans sa logique.

Habituellement, les enfants obéissent par peur des punitions. Ils font confiance aux adultes pour leur montrer ce qu'il faut faire et les empêcher de faire ce qui est dangereux. Cela fonctionne par chantage, si l'enfant n'obéit pas, il aura une punition ou n'aura pas de marque d'affection (cadeau de Noël, par exemple). Cela ressemble à du dressage, on intègre les règles de comportement par un système de punition/récompense. Les enfants font pleinement confiance à leurs éducateurs pour les guider en sécurité, ils ont l'impression que s'ils suivent les règles, rien ne peut leur arriver. Ils ne cherchent pas la cohérence des différentes consignes qu'ils reçoivent. C'est la logique de ton prof d'anglais qui te punit pour te faire revenir dans le droit chemin.

Mais comme tu es un enfant précoce, tu ne reconnais pas cette autorité, chaque punition dévalue un peu plus le professeur à tes yeux. Du coup, tu refuses encore plus les connaissances qu'il t'apporte. Pour bien travailler, tu aurais besoin d'exactement le contraire, c'est à dire d'un peu d'admiration pour ton prof. C'est lorsque tu reconnais l'autre comme compétent que tu accordes ta confiance. Bien sûr tu acceptes que cette compétence ait des limites à condition que l'enseignant le reconnaisse aussi et ne se réfugie pas derrière de l'autoritarisme pour camoufler ses lacunes.

De plus tu as besoin de comprendre la cohérence de la pédagogie utilisée, de savoir "à quoi ça sert". Pour les cours de langue, cela pose parfois problème car le programme n'est pas aussi figé que dans d'autres matières. L'enseignant peut donc changer de tactique en cours d'année ou ne pas respecter le plan qu'il a annoncé en début d'année. Tu le perçois comme un manque de rigueur mais, comme toi, l'enseignant part plein de bonnes intentions auxquelles il renonce plus ou moins en fonction des événements de l'année.

Lorsque tu ne comprends pas la logique du professeur, cela te déstabilise, tu as l'impression de ne plus maîtriser ce qui t'entoure, du coup tu te sens en danger et ta peur bloque ton intelligence. Cette peur empêche tes émotions de s'exprimer, elle enferme ta tristesse d'avoir un mauvais professeur au fond de toi. Comme cette tristesse ne peut pas sortir à cause de la peur, tu te sens angoissé par la situation. Du coup, tu fais des graboullis, tu te mets en colère après le professeur au lieu de réfléchir calmement à la situation. Essayes d'imaginer ce qui peut t'arriver de pire dans cette situation, ce qui te fait vraiment peur : redoubler ? Rater tes études ? Ne jamais savoir parler anglais ?

Laisse tout doucement monter ta peur en pensant au pire pour toi. Voilà, tu la sens ? C'est elle qui t'enferme dans cette situation absurde. A chaque fois que tu dois faire de l'anglais, laisse monter un peu de ta peur et regarde-la en face. Tu n'es pas cette peur, elle fait partie de toi mais tu es bien d'autres choses également. Imagine qu'elle s'envole tout doucement et que le vent l'emporte. Respire calmement avec le ventre puis souffle fort tout ce qui t'énerve, toute ta colère. En répétant souvent cette méthode, ta peur finira par diminuer et tu pourras réfléchir sereinement à la situation.

C'est triste d'avoir un mauvais professeur mais ce n'est pas grave. Ta scolarité ne se limite pas à cette matière et à cette année. Deux problèmes se posent à toi : comment faire pour que les cours se passent le mieux possible et comment faire pour apprendre l'anglais en dehors des cours. Pour l'instant, faire tes exercices te sert à ne pas te faire punir et ce n'est déjà pas si mal. D'accord ce n'est pas agréable de faire des choses que l'on considère stupides et ennuyeuses mais ce n'est pas très grave non plus. Avec un peu de recul, on peut même finir par apprécier le côté humoristique de la situation.

Quand au fait d'apprendre l'anglais par toi-même, ce n'est impossible. Il te faut avant tout un support affectif, c'est à dire quelqu'un ou quelque chose que tu aimes beaucoup et que tu fasses de l'anglais avec cette personne ou autour de ce thème. Cela peut être un copain ou quelqu'un de ton entourage avec qui tu parles anglais ou bien des films, des sites internet, des textes qui parlent de ton sujet préféré et que tu essayes de traduire. N'oublies pas, pour que cela fonctionne, il faut que le lien affectif soit fort avec la personne ou que les documents t'apportent réellement quelque chose sur le sujet qui t'intéresse. S'il y a un chanteur anglais que tu apprécies réellement, c'est plus simple, traduis ses chansons.