C'est tous les jours la même chose, les autres se mettent à plusieurs pour venir m'embêter : ils me font un tas de remarques désagréables sur ma façon d'être ou de m'habiller et si je réagis, ils finissent par me bousculer ou me frapper. A la récré, je suis obligé de rester à côté des adultes et j'attends que ce soit fini, j'ai peur de me retrouver seul face à eux. Heureusement que ma mère vient me chercher le soir...

Comme beaucoup d'enfants précoces, tu es entré à l'école avec l'idée d'apprendre plein de choses et de te faire beaucoup de copains, c'est d'ailleurs ce que t'avaient expliqué les adultes. Mais tu as vite déchanté. En classe, cela va encore, devant la maîtresse, les autres élèves n'osent pas s'en prendre à toi. Mais dans la cour de récréation les règles changent, ce sont les enfants qui prennent les choses en main et tu leur poses problème.

Bien sûr, Artus, ce n'est pas de ta faute. Tu ne fais pas exprès de leur poser problème mais, face à toi, il y a plein de choses qu'ils ne comprennent pas. D'abord tu ne te comportes pas comme les autres, tu crois être comme eux ou presque, mais chez toi ce n'est pas naturel et cela se voit. Par exemple, tu observes et tu essayes de comprendre le fonctionnement des autres enfants, tandis qu'eux agissent sans se poser de questions. Du coup tu as toujours un temps de retard ou bien tu développes une logique là où il n'y en a pas.

Habituellement les enfants agissent en respectant les normes sans réfléchir, pour eux c'est comme ça que l'on doit faire. Ils ont appris que si l'on ne respecte pas ces normes on est en danger. Le premier danger étant naturellement de se faire gronder ou de recevoir une punition mais derrière celui-ci il y a la notion de sécurité du groupe. C'est une notion ancestrale : les règles sont là pour protéger le groupe, les remettre en questions ou ne pas y obéir c'est mettre la communauté en danger. Il y a donc lieu d'obéir sans discuter, ni même comprendre. C'est ainsi que la plupart des enfants se sentent en sécurité, lorsqu'ils sont dans un cadre où les règles sont fixées et tout le monde les respecte.

Tout le monde, sauf toi Artus ! Parce que toi, tu as conscience que les règles ne suffisent pas à protéger du danger, parce que toi tu as besoin de comprendre avant d'agir, parce que toi tu n'as pas intégré les normes que tu ne comprends pas. Et dès que les autres enfants voient quelqu'un sortir de la norme, ils ont peur, ils ont l'impression que tu les mets en danger. Ils viennent donc t'agresser, te faire peur pour que tu comprennes que ce que tu fais est dangereux, te faire peur parce que pour eux, c'est la peur qui permet d'intégrer les normes. Ils ne peuvent pas imaginer que tu fonctionnes différemment.

Comme tous les précoces, tu es hypersensible. Tu sens la peur de ceux qui t'embêtent qui est très forte et elle s'ajoute à la tienne, qui finalement est moindre. Du coup, tu restes avec les adultes pour être tranquille. C'est une solution pour éviter que les autres t'embêtent, les mettre dans une situation où ils ont plus peur de t'embêter que de te sentir différent. La deuxième solution c'est de te constituer un personnage intermédiaire. C'est à dire qu'à l'école, et uniquement à l'école, tu joues à être un enfant normal.

C'est important que tu comprennes que tu ne seras jamais comme les autres car si tu essayes d'être comme eux, tu n'y arriveras pas. Mais tu peux réussir à faire semblant d'être comme eux, comme lorsque tu joues à être quelqu'un d'autre dans un jeu. Mais surtout n'oublies pas de retrouver ton identité réelle dès que tu sors de l'école, car c'est dans celle-ci que tu réussiras à te construire une vie épanouie. Le personnage intermédiaire n’existera que le temps de l'école. Tu peux d'ailleurs te construire plusieurs personnages en fonction des situations rencontrées. Mais montre qui tu es vraiment à ceux que tu aimes sinon tu finiras par l'oublier toi-même et tu auras l'impression de porter des habits mal taillés toute ta vie, ce qui est vraiment désagréable.